La folie des Kasabian s’intitule 48:13

Vous ne connaissez pas Kasabian ? Ils envoient du très lourd.

J’avais déjà le sweat-shirt, le mug et quelques vinyles. Mais cette fois, j’ai succombé à l’édition limitée en précommande du cd signé par les membres du groupe. Pour ceux qui ne connaissent pas le nom, je vous conseille d’écouter Empire ou Shoot the runner. Ce sont ces titres qui les ont fait connaître du grand public en France il y a de ça pas mal d’années. Pour ma part, j’ai toujours aimé ce qu’ils faisaient, du rock. Et puis, j’ai eu du mal à accepter Velociraptor sorti en 2011, un album aux sonorités électroniques. Après une vidéo génialissime du single du même nom que l’album, un concert dans un avion au sol et désaffecté, j’ai couru acheter le vinyle. Et j’ai off course sauté sur l’occasion de les voir en live lors de leur passage au festival des Vieilles charrues en 2012.

Epique, le concert qui m’a le plus marquée en deux ans. Si vous avez déjà visionné leur enregistrement à l’O2 arena à Londres, ne vous fiez pas à cette fausse sagesse. En Bretagne, Tom et Sergio (chanteur et guitariste/chanteur) étaient à fond, ayant très probablement pris certaines substances avant de monter sur scène (ce que je n’encourage pas). Ils nous ont livré un concert très physique, ont beaucoup donné d’eux même et le public aussi. Un pur bonheur que de perdre sa voix en chantant leurs titres avec eux, et des moments incroyables. Leurs musiques sont très rock sur scène et les arrangements top !

Et donc l’album sobrement intitulé 48:13, est arrivé dans ma boite aux lettres jeudi dernier: rose fluo et paré de ses autographes. J’ai inspecté de près cette pochette, et ils l’ont bien signée eux-mêmes, ce n’est pas une photocopie de leurs signatures: très fort. D’ailleurs, en tapant #kasabian sur Instagram, vous pourrez trouver de nombreuses autres pochettes avec les signatures placées différemment.

Bref, passé ce joli moment, j’écoute l’album et j’adhère. Oui j’adhère de suite. Ces titres sont dans la continuité de Velociraptor mais avec le grain de folie en plus et c’est ce qui me plaît. Une courte introduction instrumentale pour démarrer cet opus puis le très puissant Bumblebeee. Il est classé de suite dans mes morceaux préférés. La couleur est annoncée: un album fait pour le live et qui donne envie de sauter et de se déchainer en concert. Ensuite vient Stevie, et son entrée triomphale avec les violons et sa rythmique très proche d’une bande originale de film. Elle me rappelle Re-wired du précédent opus, un de mes morceaux favoris et au clip hilarant. Un autre son instrumental puis ma grande favorite: Doomsday ou l’effet d’une bombe. Puis les chansons s’enchaînent, des ballades, des morceaux très électroniques et le premier single Eez-Eh qui témoigne bien de l’esprit festif de cet album.

Je vous laisse découvrir le reste par vous-même. Et vous, quels sont vos titres préférés ?

10403705_747548481933657_2843210591659398211_n

IMGP1155

IMGP1162

IMGP1165

 

Right Music

Comme je manque à mes devoirs, je ne vous ai toujours pas parlé du dernier disque des Franz Ferdinand, sorti la première semaine de septembre dernier et que je me suis procuré dans la foulée.

C’est donc le quatrième et tant attendu album intitulé Right thoughts, right words, right action qui a déjà rencontré le public pendant deux années de tournée et qui est sorti en cette rentrée de septembre.

Pour ma part, comme vous avez déjà pu lire, je suis déjà conquise par les nouveaux titres. Après les avoir en partie écouté en festival, Beauregard en juillet 2012 et Rock en Seine 2013, je ne peux que les aimer.

Comme j’ai déjà dû le dire dans mon compte-rendu Rock En Seine, Franz Ferdinand est un groupe ultra dynamique, avec des membres soudés – n’oublions pas que le groupe est toujours le même qu’à l’origine – qui aiment la musique et surtout la scène et cela se voit ! Ils arrivent à communiquer leur énergie et à la transmettre aux foules, il est alors impossible de ne pas jumper avec eux.

Je suis une fervente admiratrice de leur travail depuis leur premier album et l’indétrônable Take me out qui restera pour moi leur plus grand titre. Juste en l’écoutant j’ai acheté l’album, j’étais alors encore en Terminale il me semble, et oui il ne date pas d’hier, 2004… Les ayant un peu perdu sur le second album, qui possède quand même quelques tubes comme Fallen, Do you want to et la magnifique Walk away et après un superbe retour avec le sensuel Ulysses procuré en vinyle à Londres ❤, c’est maintenant un retour aux sources pour les quatre écossais.

L’énergie avec ce riff si reconnaissable du début des Franz Ferdinand et de retour, en commençant par le génial et très fort Right action que j’adore en version live mais aussi avec Love illumination et Bullet. Quelques ballades sont également présentes comme The universe expanded ou Brief encounters. Un album harmonieux et qui s’écoute très facilement.

Si une première écoute vous tente avant de vous jeter sur internet ou en magasin, une interview avec quelques images étaient dans le premier  numéro d’Alcaline, nouveau mag musical sur France 2 visible en replay – RIP Taratata – et leur live de Rock en Seine est toujours disponible en intégralité sur ce lien.

Pour une fois n’est pas coutume, j’ai choisi la version cd car il existe une édition limitée avec un disque de titres « live », je mets effectivement les guillemets car ce sont des versions live enregistrées …  Je pense que le vinyle me tentera par la suite, mais n’ayant pas ma platine à disposition, cela se fera plus tard.

IMGP2142 IMGP2147

IMGP2143

IMGP2146

(avec ma super nouvelle toile cirée en fond)

Après tout ce blabla, bonne écoute !

Bises