Malo’: un air frais et nouveau

Le 25 mars dernier, Charlie Winston se produisait sur la scène de la Laiterie à Strasbourg. La première partie fut une très belle découverte: Malo’. Charlie himself est d’abord apparu pour présenter le jeune artiste qui le suit pendant toute sa tournée française. Seul sur scène avec sa guitare, puis accompagné de ses deux musiciens, s’enchaînent les titres pop folk avec un soupçon de new wave du jeune franco australien. Je ne saurais décrire ce timbre de voix, unique, reconnaissable et créateur d’émotions. Les chansons très douces de l’EP apparaissent plus pop rock sur scène, saupoudrées des arrangements électroniques, le tout parfaitement orchestré. Le public est conquis dès le début, et à la fin du concert de Charlie Winston, c’est avec plaisir que nous retrouvons le jeune musicien pour un magnifique duo. L’EP est désormais disponible, enregistré avec Mr Winston à Londres. A suivre !

Facebook: ici

Setlist:

Be Who You Wanna Be
Easy Come Easy Go
Being Mad
Why
My Place
Where Are You
Fall

(choisissez la HD)

That’s 70′ show: The Hook

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la première partie du concert des Blues Pills en Novembre dernier.  Ce concert donné dans la salle Club de la Laiterie était vraiment au top (article des Blues Pills ici).

Le groupe en première partie a amplement rempli son rôle. The Hook (page Facebook ici), nous renvoie directement dans les années 70 avec leur rock brut et subtil à la fois et leurs looks décoiffants. Le plaisir de la musique est partagé. Le chanteur se déchaine avec son harmonica et son combiné de téléphone-micro et le batteur en perdit ses lunettes. Une voix et un style pile dans l’esprit du groupe, un voyage à l’époque des Doors garanti.

 Les titres se suivent avec fluidité sans s’essouffler. Le concert passe très vite, se termine déjà. Le public est plus que prêt pour la suite !

De nouvelles dates sont programmées en Alsace, avis aux amateurs de rock…

05

06

02

03

04

(Sélectionnez la HD !)

Yodelice: 2ème tour

Yodelice a inauguré la réouverture de la Laiterie jeudi soir et pas qu’un peu. Maxim Nucci et ses trois acolytes nous ont offert un show bien rodé et beaucoup plus intimiste que lors de leur premier passage en début d’année. La place est faite et l’on ressent qu’ils sont plus à l’aise, notamment avec deux trois vannes lancées aux strasbourgeois et une descente au milieu du public.

L’ambiance était décontractée, à tel point que Maxim nous a fait un faux départ sur Sunday with the flu que je vous laisse découvrir en vidéo ci-dessous. C’était un grand moment, surtout le coup du banjo.

Un set différent de la première partie de tournée, un enchaînement un peu moins fluide mais compensé par des titres inédits dont Talk to me et Last drop of oïl. Sont toujours présents la mise en scène avec les lasers sur Breathe in, et une version beaucoup plus dansante de Wake me up. Seul m’a manqué le titre a capella du groupe sous l’arbre.

Une belle complicité entre les membres du groupe et un plaisir partagé. Mention spéciale à Xavier Caux,  guitariste, pour son look retro et ses tatouages au top. Merci à eux. IMGP4105b

IMGP4110b

IMGP4111b

Vu, revu et approuvé: HEK

Une dose de bonne humeur en milieu de semaine ! J’ai envie de sortir quelques vidéos et quelques images non montrées, notamment celle-ci.

Un peu de rock californien avec Hanni El Khatib vu à Rock en Seine et à la Laiterie à Strasbourg (article ici).  Son évolution a été fulgurante entre le premier opus et Head in the dirt, l’album où la maîtrise se fait ressentir, notamment avec la pâte de Dan Auerbach (Black Keys). Mais le premier album contient quelques pépites.

Un petit extrait du concert à Strasbourg où le public était très timide…

Rock the concert#3: Dum Dum Girls

Hello tout le monde !

Il y a une semaine je suis allée à un concert, sans a priori, au feeling et en ne connaissant que le nom du groupe: les Dum Dum Girls. Et oui, j’aimerais bien assister à au moins un concert par mois et m’acheter un vinyle par mois. Certains ont des résolutions un peu moins cool , voilà ce que je vais essayer de suivre. Et là, j’ai tenu mes deux résolutions en une soirée !

Dans cet optique, je me suis décidée la veille à prendre un billet et embarquer un pote par la même occasion. J’avais déjà entendu le nom du groupe quelque part, en festival ou dans un magazine. Et bien je n’ai pas été déçue. Déjà le concert a eu lieu dans la toute petite salle de la Laiterie, le Club, accueillant ce soir là à peine  une cinquantaine de personnes. Un public d’habitués de la salle, des groupes moins connus et moins commerciaux, une ambiance feutrée et décalée. Décalée est d’ailleurs le bon mot pour décrire la première partie, Vorhees, qui n’est autre que l’ingénieur du son des Dum Dum Girls. Seule avec sa guitare et son matériel électronique, très planante.

Puis est apparu le girl power sur scène, malgré un guitariste présent pour le live un peu effacé dans un coin,  quatre filles habillées tout de noir un peu sexy, dans une ambiance presque sixties. Un cœur géant en néon sur le mur du fond, des fleurs en plastiques accrochées aux micros et c’est parti pour 1h15 de New Wave 100% féminine.

Comme tous les live, le son est plus rock qu’en studio et les chansons s’enchaînent rapidement. La chanteuse Kristin Gundred dite Dee Dee Penny sait mener sa barque et assure les titres. Jamais je n’aurais pensé que le tambourin puisse être aussi sexy, va peut être falloir que je m’y mette^^

Je vous conseille ce groupe qui nous vient de Los Angeles et qui fait du bien aux oreilles, ce type de girls band se fait rare. Après le concert, ayant adoré l’avant dernier titre, Lost boys and girls club, j’ai demandé à Dee Dee Penny de quel album il s’agissait et je suis donc rentrée avec leur dernier record en format vinyle et signé.

Quelques photos souvent tirées de mon mobile, et un extrait filmé à l’occasion + le clip de ma chanson coup de cœur.

IMGP3698b

IMAG0416b

IMGP3700b

IMAG0413b

IMGP3703b

IMGP3705bc

10407392_10203924852829712_8805617731119812215_n

Rock the concert#1: Babyshambles

Lundi dernier j’ai assisté au concert des Babyshambles dans une petite salle, en mode intime. Pour ma part, je suis un grande fan du travail de Peter Doherty, que ce soit dans ses groupes, les Libertines et les Babyshambles, ou en solo avec son album acoustique Grace / Wasteland. C’est bien sûr quelqu’un de « particulier », mais c’est un musicien et un compositeur hors pair.

Après s’être fait attendre bien 1h30, Doherty a pointé le bout de son chapeau au balcon avant de descendre sur scène. Sa première requête fût de demander des cigarettes, et quelques briquets tout au long du concert. Et malgré quelques paroles en français, des paroles en anglais parfois incompréhensibles, il mène très bien le jeu.

Le groupe assure, ils ont de l’expérience et ça s’entend ! La salle était pleine à craquer, le public était là, et dès le départ les Babyshambles ont enflammé la salle avec Delivery. De l’harmonica, des cuivres, chaque chanson débutée en solo à la guitare par Pete, un appareil photo jetable utilisé pour prendre des photos du groupe par Mr Doherty himself et balancé dans le public… De quoi passer une très bonne soirée !

01

02

03