Triggerfinger: this is rock’n roll

 

Après l’ouverture de la soirée par Last Train (article ici), c’est Triggerfinger qui a repris les rênes. Une entrée fracassante pour le groupe belge, avec notamment le batteur debout sur sa batterie. Très théâtral, une expression entre AC DC et The Hives. Les trois musiciens placés sur une même ligne, la batterie pour une fois mise en avant sur une estrade bien au centre, et des instruments magnifiques. Un batteur au regard et aux attitudes flippantes, un bassiste à l’allure imposante dans son costume rayé très mafia italienne et un chanteur très classe au brushing parfait. Triggerfinger en live, c’est du rock’n roll pur, une énergie débordante et un enchaînement sans faille. Une ligne de basse puissante, un batteur qui tape fort et de manière précise, chant et guitare maîtrisés. L’ambiance est au summum et ne faiblit pas avec le solo de batterie de 20 min, les deux autres musiciens actionnant les spots de lumière blanche. Une setlist bien rodée, dynamique et une étonnante et très sensible reprise acoustique de I follow rivers de Lykke Li. Une démonstration de force, de rock et de talent pour le groupe. A voir absolument.

After opening by Last Train (post here), it’s Triggerfinger who took over the reins. A sensational entrance for the Belgian group, especially with the drummer standing on his drums. So dramatic, with an expression like AC DC or The Hives. The three musicians all placed on the same line with drums very well highlighted for once ! Beautifull guitars and bass. A drummer with a freaky expression, a bass guitarist with an impressive build really Italian Mafia like and a class looking singer with perfect blow-dry. Triggerfinger on stage, this is only rock’n roll, a lot of energy and a series of songs without failure. A strong bass line, a drummer with a powerfull and precise touch, singing and guitar part well managed. An atmosphere at top without failure during 20 minutes of drum solo, the other musicians moving spotlights. A very good setlist, dynamic and a surpring emotional cover of I follow rivers from Lykke Li. A demonstration of strength, rock and talent for Triggerfinger. Well worth seeing.

IMG_3793b2

IMG_3844b2

IMG_3801b2

IMG_3803b2

IMG_3812b2

IMG_3839b2

Last Train réchauffe l’ambiance au Noumatrouff

Vendredi 13 mars dernier, les Last Train ont ouvert le concert des Triggerfinger au Noumatrouff (Mulhouse). C’est un contrat dûment rempli pour le jeune groupe alsacien. Leur progression sur scène est fulgurante depuis un an et bien mise en valeur dans cette salle au son de qualité. La note est donnée dès le départ, du rock bien fort, une voix éraillée voire écorchée. Très vite, c’est le single Cold Fever (making of clip: ici) qui est joué, titre efficace qui augmente de suite la température dans la salle. De nouvelles chansons tiennent les promesses du single, offrant un live puissant et sans demi mesure avec des titres longs, alternant les rythmes sans s’essouffler. Un aperçu très remarqué de leur dernier single, Leaving you now dont le clip est sorti depuis peu (ici). Les quatre alsaciens donnent tout. Antoine a la batterie montre un jeu précis et puissant, Tim une ligne de basse efficace, Julien bien présent à la guitare mais la tête dans une réalité parallèle et Jean-Noël dont l’émotion est palpable à la fin du show déchaîné avec sa superbe Fender Coronado. Aucun répit pour le public, les titres s’enchaînent et c’est déjà fini. Heureusement la suite du concert n’est pas assurée par n’importe qui mais ça on en parle la semaine prochaine !

Last Friday March 13th, Last Train opened Triggerfinger’s concert at Noumatrouff (Mulhouse, France). Well completed contract for the young Alsacian groupe. How amazing progress on stage since last year, especially in that hall with that sound quality. The keynote is given at the beginning, strong rock and hoarse voice. Quickly we heard the single Cold Fever (making of here), effective song that increase temperature in the hall. New songs keep their promises, giving a powerful show without half measure but long songs, alternating different rythms. A well conspicuous entrance for the last single, Leaving you now, whose clip has been released few weeks ago (here). The four boys give all. Antoine at the drum with a precise and powerful game, Tim and his effective bass line, Julien present but the head his own world, and Jean-Noël whose emotion is perceptible but so wild with his Fender Coronao. No rest for the public, songs follow on and it’s already over.

IMG_3559b

IMG_3611bIMG_3594bIMG_3714b2IMG_3713b

IMG_3639b

IMG_3577b

IMG_3721b

IMG_3707b

IMG_3711b

Bêtes de scène, le festival #4

Suite et fin des concerts du festival Bêtes de scène à Mulhouse. Après Elephanz (article ici), j’ai retrouvé par hasard les Last Train (article du clip Cold fever ici) et nous avons regardé la fin du concert des Colt silvers. Ce groupe a du style, un bon son et dégage une énergie forte. Ils ont une belle présence sur scène, et malgré quelques problèmes techniques avec la batterie, l’ambiance était survoltée.

Vint ensuite un groupe dont on entend beaucoup le nom en ce moment: Breton. Les cinq anglais ont présenté un show bien monté. J’avoue avoir préféré les groupes d’avant, car j’écoute assez peu de musique électronique, mais j’ai beaucoup aimé leurs visuels et les titres au fur et à mesure du concert. Souvent les meilleurs titres arrivent plus tard, il faut savoir être patient.

A plus tard pour des articles sur Londres !

Bêtes de scène, le festival #3

Aujourd’hui, la suite de la saga du festival Bêtes de scène au Noumatrouff avec le 3ème concert de la soirée: Elephanz. C’est avec Ok Coral, les deux groupes que j’ai préféré de la soirée et je compte bien me procurer leurs albums/EP !

J’avais déjà lu ou entendu le nom d’Elephanz quelque part, et j’imaginais une pop un peu électronique. Déjà, à l’arrivée du chanteur, je me suis rendue compte que quelques heures avant il se baladait dans la partie extérieure du festival. Moi qui arrivée seule cherchait à rencontrer et discuter avec des personnes, cela aurait été assez drôle si je l’avais interpellé. Bref… J’ai réussi à bien me placer, près de la scène, nous n’étions pas spécialement serrés – point positif des festivals de petite taille – et j’ai pu profiter pleinement du concert. Le groupe a pris du plaisir et nous avec ! J’ai bien apprécié voir les deux frères chanter ensemble et leur complicité sur scène.

L’ambiance était très festive et dansante car oui j’ai tout de suite eu envie de bouger sur leurs sons. Les membres du groupe semblent très bien s’entendre, et cela se voit. L’humeur est au beau fixe pour tout le monde et les chansons défilent rapidement. C’est déjà l’heure de sortir de la grande salle pour découvrir un autre groupe sur la petite scène. Mais pour le moment je vous laisse avec quelques photos et deux extraits du concert !

IMAG0463b

IMAG0464b

IMAG0465b

IMAG0467b

IMGP3833b

 

 

Bêtes de scène, le festival #2

Aujourd’hui la suite du festival Bêtes de scène avec le deuxième concert auquel j’ai assisté. A peine sortie de la grande salle avec Isaac Delusion, je me suis retrouvée happée par la foule présente pour Ok Coral. Je me fraye un chemin à travers le public. Je suis séduite de suite, avant même d’observer le groupe évoluer sur scène. Un son résolument rock, une voix ronde et très agréable, les titres s’enchaînent d’une manière très fluide. L’ambiance de la soirée décolle vraiment !

J’espère pouvoir les revoir et me procurer leur EP, je ne l’ai malheureusement pas vu en vente, trop occupée à aller me placer pour le concert suivant. Je vous laisse avec de petits extraits du concert, avec une qualité d’image très médiocre, à cause de la luminosité mais peut être assez pour vous convaincre d’aller les voir !

Je vous retrouve début de semaine prochaine pour la suite du festival car demain je décolle pour passer le week-end à Londres. Et oui, de nouvelles choses que je vous montrerai très bientôt, indice: Hyde Park. Suivez moi sur Instagram et Facebook !

IMGP3825b

1981810_728448610510770_1882270007_n

Bêtes de scène, le festival #1

Samedi dernier, je suis allée faire un tour au festival Bêtes de scène à Mulhouse. Je ne connaissais de nom que deux groupes de la programmation qui était plutôt électro. J’écoute bien plus souvent du rock mais pourquoi pas. J’entendais parler depuis un moment de la salle du Noumatrouff et le prix du billet était plus que correct (19€).

Me voici donc partie seule à l’aventure bravant la tempête et à la découverte de nouveaux groupes ! J’ai donc décidé de diviser la soirée en plusieurs articles, déjà parce qu’avec ma connexion internet je galère à charger les vidéos, mais en plus ça laissera un peu de suspense !

Le premier groupe de cette soirée était Isaac Delusion. Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler de ce groupe. Et après leur performance, je pense pouvoir dire que She prétends me dit quelque chose. Pas convaincue au début, une voix à la Yannis Philippakis mais pas à la hauteur du charisme et de l’aura des Foals. Et puis, au fil du concert, les titres prennent un peu de rythmique et le public est conquis. On passe un bon moment, on danse un peu, timidement pour ce début de festival et les membres du groupe prennent du plaisir à faire découvrir leur premier album et nous à le partager.

Ci -dessous quelques photos et un extrait vidéo d’un des titres qui bougent le plus, Devil’s hand (en petite exclu).

 

IMGP3819b

IMGP3821b

cover