The Last Shadow Puppets: après l’âge de raison

Après 8 années écoulées sans nouvelles, vendredi 1er avril est sorti le très attendu deuxième album des Last Shadow Puppets: Everything you’ve come to expect.
En connaissant les deux comparses, Alex Turner, leader des Arctic Monkeys et Miles Kane, son ami de longue date, la première écoute peut paraître déroutante. L’album baigne dans une atmosphère poétique avec des titres empreints d’une douceur particulière. La voix de Turner se faisant suave et langoureuse, le duo nous embarque  directement dans ce voyage qu’ils ont créé. Cet album ressemble à la bande originale d’un film d’époque mélangeant romance, flics et mafia. C’est bien dans cet esprit que Turner et Kane appréhendent cette promotion, les cheveux longs gominés ou rasés, arborant tout deux bijoux bling bling et costume rayé.
Mais le rock fiévreux des deux lascars revient vite avec le très anglais Bad Habits et la voix de Kane non sans rappeler le premier opus, The age of the understatement.
Le format deluxe du LP offre ainsi quelques visuels de la création de l’album mais aussi un 45 tour inédit coloré.
La face B empreinte un chemin détourné avec un changement de rythmique, notamment sur « used to be my girl » où ressort une certaine sensualité qui se poursuit sur les titres suivants.
Pattern se démarque avec ses guitares aux airs disco mais toujours dans cette ambiance très flou et duveteuse des films rétro donnée par le clavier et le violon. The Dream synopsis et d’autres titres rappellent aussi suck it and see avec le tournant dans la manière chanter de Turner.
Ne pas hésitez à découvrir cet album avant les concerts de la tournée européenne du groupe avec notamment un passage à Rock en Seine et aux Eurockéennes.

01

 

Publicités

Les Arctic Monkeys font fondre la banquise

C’est avec un peu de retard que j’écris l’article, l’album étant sorti depuis deux semaines. Mais je vais essayer de rattraper tous mes retards dans les deux semaines à venir !

Aujourd’hui, le sujet est bel est bien le cinquième opus de nos anglais favoris les Arctic Monkeys.

J’ai presque honte de le dire, mais je ne connais leur que depuis leur passage à Rock en Seine en 2011 car bien sûr je les connaissais de nom. J’ai réellement adoré de suite, et acheté tous leurs vinyles… Et six mois plus tard, je les attendais de pied ferme dans la fosse de l’Olympia dans les premiers rangs.

J’ai pu y rencontrer un journaliste de Le Rock Le Mag, qui m’a permis de poser une question au groupe par son intermédiaire non je n’ai pas rencontré le groupe… Un grand merci à lui !

420648_3397019452280_1434362436_n

Après cette longue longue longue introduction, le nouvel album: AM.

Je vous conseille par ailleurs de lire le magazine PLUGGED de septembre dont l’interview apporte pas mal de précisions sur les différents titres et l’ambiance de la création.

Le premier single sorti pendant la tournée de Suck it & see, R u mine, reste pour moi le meilleur de l’album. Il donne presqu’une impression de retour aux sources alors que finalement, AM est résolument différent de ses prédécesseurs, le son est peut-être moins « bourrin » qu’aux débuts, un rock différent.

Les quatres gosses de l’Angleterre ont aujourd’hui migré pour la Californie, le soleil, les motos et confirment le tournant de Humbug et la collaboration avec Josh Homme en production. Ce dernier caractérise par ailleurs AM de groovy, sexy et sâle.

La californie était déjà très visible dans le sulfureux clip de evil twin, 45 tour sorti pendant la tournée de Suck it & see.

Dans AM, les rythmes sont chauds, sensuels et assez bien représentés par le premier titre: Do I wanna know. Le tempo est lent, les basses prennent le dessus, cela donne l’impression d’être dans un état second où la pensée est déconnectée du corps. Alex Turner parle de l’acquisition d’une nouvelle guitare, modèle Vox Starstream, permettant beaucoup d’effets et qui a été très utilisée pour cet album.

Le clip de Why’d You Only Call Me When You’re High? donne une bonne idée de cet état second.

Comme on dit toujours dans l’évolution d’un groupe, l’album a pris de la maturité. Cependant je ne suis pas sûre que ce soit le cas de ses quatres administrateurs… Je vous laisse découvrir l’album par vous même, moi j’ai choisi la version vinyle édition deluxe avec des titres inédits et un album photo de l’enregistrement.

IMGP2139

Pour finir ma préférée, R U mine, enjoy it, bises