The kooks: after the sea side

La dernière fois que j’avais vu les Kooks, c’était lors de l’édition 2010 de Rock en Seine, sur la scène de la cascade. J’en gardais le souvenir d’une pop jeune, fougueuse, avec un public déchaîné dès l’apparition du groupe, Luke Pritchard s’en était sorti le tee-shirt déchiré dès les premières minutes.

Cette fois, c’est dans la salle de l’Autre canal à Nancy que j’ai revu le groupe Anglais, sans a priori sur leur dernier album. La set list bien rodée, oscillant entre les nouveaux titres et les tubes de leurs trois premiers albums, le concert se déroule avec simplicité et une sincérité dans les intentions. Le groupe s’est doté d’un cinquième musicien et apparaît sur scène au milieu d’une multitude d’écrans. Luke Pritchard a sans aucun doute bien mûrit depuis ses débuts et présente une belle maîtrise de sa voix toujours aussi reconnaissable et juvénile, notamment lors d’une session acoustique seul avec sa Gibson.

Le nouvel album est surprenant, notamment par les diverses sonorités et influences que l’on y perçoit, assez éloigné de leur pop habituelle. Certains morceaux apparaissent plus jazz, électro, d’autres funk ou avec un riff africanisant. Le public danse avec Luke, surtout sur les titres les plus connus, en commençant par See the world en deuxième position de la set list. Un moment très agréable que de retrouver le groupe en live.

(N’oubliez pas de choisir la qualité HD)

Publicités

The Foals, un souffle frais

En 2010, je découvrais les Foals à Rock en Seine. Dans une ambiance où le temps paraissait suspendu, et un ciel d’un gris plus que menaçant, le groupe d’Oxford nous a transportés hors du parc de Saint Cloud. Yannis Philippakis est entré sur scène avec son tee-shirt de Nirvana, et nous a soulevés de sa voix si particulière. Lui et son groupe ont enchaîné les titres de leurs albums et nous ont délivré un Total Life Forever aérien et libérateur notamment avec les très bons Miami et Total life Forever. La relève de la New Wave était là.

Trois ans plus tard, les cinq anglais remettent ça et sortent Holy fire, un album alors beaucoup plus attendu en France et qui les a fait connaître du grand public. Je suis allée jusqu’à Nancy, attendant avec impatience de voir évoluer ce dernier opus sur scène. C’était en novembre 2013. Le show était toujours aussi bien rodé, l’ambiance était à son comble dans cette petite salle de l’Autre canal. Un début de concert avec le mystique prélude d’Holy fire, quel plaisir que d’écouter un instrumental ! Le public était bien présent, et les titres My numbers ou encore Inhaler étaient survoltés. Le groupe était bel et bien au rendez-vous et a beaucoup donné, avec Yannis qui est venu sur nous sans quitter sa guitare, se laissant porter. Je vous épargnerai cette vidéo où j’ai dû lâcher l’appareil photo pour lui porter une jambe… Quelques clins d’œil à Total life forever et 1h30 de pur plaisir.

Un extrait pour vous… (choisissez la résolution HD)

IMGP2258b

IMGP2245b