The Hook: live in the cave

Vendredi dernier, j’ai pu assister de nouveau à un concert des Hook, groupe de rock 70′ récemment découvert en première partie des Blues Pills (articles ici et ici). Cette fois-ci, c’est dans le cadre intimiste du Mudd Club à Strasbourg, dans une cave en pierre au sous-sol du bar, que les cinq mulhousiens ont fait vibrer nos oreilles. De nouveau une démonstration de talent et de plaisir à travers les 7 titres de l’EP récemment pressé sur 33 tours à l’occasion de la disquaire day (article ici).

Le chanteur, Tombstone Joe, aux airs Morrisoniens, convainc tout le monde avec une voix grave et éraillée et sa maîtrise de l’harmonica. Les deux guitaristes retranchés dans l’ombre ne se font pas prier pour jouer et se faire entendre sur les riffs parfois blues parfois plus rockabilly des titres. La fougue dégagée par le groupe est palpable et le plaisir dans cette ambiance détendue et rock est plus qu’appréciable. L’humour est de mise, entre le bassiste jouant du air bass après avoir lâché son instrument au sol et Etienne Meyer, batteur, clamant un « les solos de batterie c’est nul ! » pour écourter sa présentation et laisser place aux guitaristes. Les maracas volent plusieurs fois, allant jusque sous la batterie, le pied du micro est destroy et les oreilles chauffent, pas de modération.

Malgré une pénombre avec un éclairage non modulable et un son un peu saturé parfois sur l’enregistrement, voici deux extraits du concert (choisir la HD dans les paramètres vidéo).

Facebook: ici

Site internet: ici

01

Bluegrass in town: Youngstown

En avril dernier se tenait le Tattoo World Strabourg, convention du tatouage réunissant une trentaine d’artistes tatoueurs, mais pas seulement. De nombreux évènements sont organisés pendant cette manifestation et notamment des concerts. J’ai choisi d’aller voir un groupe de Bluegrass, style musical originaire des Etats Unis et mis en avant dans le film Alabama Monroe. C’est donc un groupe local, Youngstown, qui nous a fait voyager dans ce blues américain si particulier. La jolie Blandine et ses acolytes, loin d’être des débutants, partagent leur musique reprenant des titres inédits et des covers avec leurs guitares, harmonica et batterie. Oscillant entre le bluegrass, la country et le rockabilly, les trois musiciens nous prouvent à leur tour que la culture musicale en France n’est pas que variété. Une très belle découverte.

Last April, took place the Tattoo World Strasbourg, a tattoo event with above 30 artists but not only. Several attractions were organized and specially concerts. I choose to go and see a bluegrass band, musical style from United States well highlighted in the Belgian movie Alabama Monroe. This i a local group, Yongstown, which took us in their American blues trip. The pretty Blandine and her sidekicks, not beginners at all, share their music with original songs and covers playing guitar, harmonica and drums. Between Bluegrass, country music and rockabilly, the 3 musicians show us that French music is not reduced to variety music. A real beautiful discover.

Facebook: ici

Website: ici

IMG_20150425_1406121