Last Train, Cold fever : one year after

Il y a exactement un an, je rencontrais les Last Train et tournais avec eux leur premier clip (article ici). Plus de 20 heures de bande vidéo avec le groupe à parcourir Strasbourg. Embarquée dans ce projet fun, j’ai pris plaisir à déambuler dans les rues sur ce titre fort et très bien choisi comme premier single, écouté seulement la veille de tourner à minuit. Il y a un an, jour pour jour, Last Train tournait par ses propres moyens, Julien (guitare) et Tim (Basse) derrière la caméra et voyez le chemin parcouru depuis. Ils ont créé leur propre label à Lyon, le Cold fame records and booking. Le 28 Avril dernier, ils ont gagné le prix des Inouïs au Printemps de Bourges  comme Christine and the Queens en 2012. Ils seront en tournée avec les Inouïs en France et participeront au festival d’été de Québec et au MaMa. Et en bonus, ils partageront la scène des Black Rebel Motorcycle Club (article ici) et d’Hanni El Khatib (article ici) au Musiques en Stock le 2 juillet prochain. De quoi leur prédire un bel avenir. En tout cas, c’est avec une grande fierté que de les avoir accompagné au début et d’avoir assisté à cette ascension qui n’est pas prête de s’arrêter. Plus qu’à suivre !

Precisely one year ago, I met boys of Last Train and we made their first clip (post here). More than 20 hours of video with the group walking in Strasbourg. Boarded into this fun project, I took real pleasure to amble along in streets on this very well chosen song as first single. Title only listened the day before at midnight. One year ago, Last Train filmed it their own way, Julien (guitar and Tim (bass guitar) behind the camera. What a fucking way covered since that time ! They have created their own label in Lyon (France), Cold Fame Records and Booking. Last April, the 28th, they won the Inouïs price at festival Printemps de Bourges as did Christine and the Queens 3 years ago. They will turn in France with other revelations from Printemps de Bourges et will take part of the Summer Festival in Quebec and MaMa. And more, they will play on the same stage than Black Rebel Motorcycle Club (post here) and Hanni El Khatib (post here) at Musiques en stock next July 2nd. Many things things to predict them a great futur. Well, This is with a great pride to be with them at the beginning and saw this rise which won’t stop soon. To follow closely !

Facebook: ici

Cold fame records: ici

IMGP3594c

Rencontre avec Ok Coral

Le 7 Février dernier, j’ai eu le plaisir de rencontrer Jim Spiegel, chanteur et guitariste d’Ok Coral, dans un bar du 20ème. Simple et décontracté, Jim a répondu ouvertement à mes questions.

05

Comment es tu arrivé à Paris, pour la musique ou le travail ?

Jim a quitté la région de Mulhouse pour arriver à Paris, il y a 8 ans, afin de poursuivre des études de musique. Aujourd’hui, il travaille dans un studio et donne des cours de guitare en plus de l’activité du groupe.

Quels sont les titres que tu écoutes le plus en ce moment ?

Un coup d’œil dans sa playlist, Jim écoute actuellement Busy earnin de Jungle, Adam Green et Is Tropical.

Quels sont les groupes qui t’ont donné envie de faire de la musique ?

Jeune, un tour dans la cdthèque de son frère, et Deus et Nirvana avec Bleach notamment, lui ont donné le déclic.

Quelle a été ta première guitare ?

Jim a gratté quelques accords à l’âge de 11-12 ans sur une guitare classique avec son père mais est très rapidement passé à l’électrique en autodidacte vers 17 ans sur une Hohner reçue en cadeau. Aujourd’hui il préfère sa Fender Telecaster ivoire et noire, polyvalente et efficace. Il joue aussi de la basse et de la batterie.

Et le chant dans tout ça ?

Au chant dès ses 17 ans, de manière un peu mal assumée. Depuis, avec les cours et l’expérience, Jim sait utiliser sa voix. Il fait notamment référence à Serge Gainsbourg et Thomas Mars de Phoenix comme modèles, qui ont su composer pour mettre en valeur leurs voix.

Comment as tu rencontré les autres membres du groupe ?

Tous sont Alsaciens, des amis de longue date. Jim a composé, écrit et enregistré les titres de l’EP Away you’ll go seul, puis s’est entouré de potes pour la scène et la tournée de 15 dates en 2014. Il a aussi fait appel à des amis designers de Minsk studio pour la pochette de ce premier EP, un soleil couchant californien à l’image très lumineuse de la musique du groupe. Un titre rapidement clippé avec un visuel simple et efficace.

Quel est le concert auquel tu as assisté qui t’a le plus marqué ?

Pas un mais deux. Tout d’abord les Klaxons, qu’il a pu voir en live à Paris. Un concert avec du groove, une musique très précise et de l’énergie. Celui d’un groupe mythique aussi, même si Jim n’assiste pas souvent à des concerts de musique électronique: les célèbres Daft Punk.

Comment se passe l’écriture et la composition dans le groupe ?

Avec son pote Hugues, chacun compose de son côté, des grilles d’accords et les voix, puis ils se retrouvent ensuite pour faire les arrangements. Jim écrit en partant d’une idée, sans se perdre dans des histoires. Un feeling, une émotion, un concept, l’anglais est privilégié pour sa phonétique et sa fluidité d’utilisation, pas de prise de tête. Prenons par exemple le premier EP: la mélancolie avec « Away you’ll go », le titre « Never too late » parle de lui-même et « What kind of friends we are » avec pour challenge de parler de pornographie sans en utiliser les mots.

Quels sont les projets à court et moyen terme pour Ok Coral ?

Un maquette de 5 titres est en cours, espérant sortir l’EP en Avril prochain et enchaîner sur une tournée. La scène permet a Ok Coral de laisser les claviers en studio et de faire sonner une quinzaine de titres plus rock. Le groupe préfère les vraies salles, et garde un grand souvenir du festival Le Mas des Escaravatiers dans un cadre idyllique près de Saint Tropez.

Depuis le premier concert de Billy ze Kick auquel il a assisté enfant, Jim a su évoluer à son rythme et aujourd’hui  avec son groupe, préférant favoriser la spontanéité des EP plutôt qu’un album à l’heure d’internet.

Rendez-vous pris au printemps !

IMG_20150215_192530