Rock party at Kawati studio by Lemon Sounds

Le 09 avril dernier, Lemon Sounds nous offrait le premier concert en plein air de la saison au studio Kawati à Strasbourg. Initialement prévu en intérieur, les organisateurs ont relevé le défi de tout déplacer dans la cour en une après midi. Des canapés baroques et des tables basses en bois pour habiller l’extérieur industriel, et un vieux tapis persan pour délimiter l’espace scénique entre les amplis: très classe. Un endroit intimiste et cosy parfait pour la soirée.

C’est ainsi, après les réglages sons, que le premier groupe, Undervoid (Facebook ici), s’installait. La toute nouvelle formation déballe tout et fait l’unanimité alors qu’ils n’en s’ont qu’à leur deuxième concert. Un bassiste assis à cause d’une récente blessure ne l’empêchant en rien d’envoyer le son, un batteur déchaîné,  un chanteur engagé et un guitariste aux airs Dohertyiens accompagné de sa Gibson. Des titres rock, alternant les textes en Anglais et en Français, un pari réussi pour les Strasbourgeois. Mon regard était bien entendu tourné vers le jeu du guitariste sur sa Les Paul. Je vous laisse découvrir deux titres ci-dessous dont la seconde, mélange réussi entre les Dropkick Murphys et L’Apologie de Matmatah. On espère les revoir bientôt !

C’est ensuite au tour des Last Train, bien présents sur le blog ici, ici et ici, de prendre les rênes de la soirée. Dans une ambiance de proximité, Jean-Noël (chanteur/guitariste) nous demande de nous rapprocher et c’est parti. Ils lâchent les chiens et se déchainent sur une setlist bien trop courte. Demain ils seront au festival du Printemps de Bourges et bientôt ils fouleront la même scène que les Black Rebel Motorcycle Club au Musiques en stock. C’est une belle avancée pour toute l’énergie et le travail qu’ils développent, amplement mérité !

Last April the 9th, Lemon Sounds offered usthe first concert outside of the season. It was in Kawati studio in Strasbourg (France). At beginning, the concert should be inside, but organizers of the event took over the challenge in one afternoon. Some baroque sofas, wooden tables to wear the industrial courtyard and an old Persan carpet to delimit the stage. An intimist and cosy place perfect for the night. 

So, after soundchecks, the first group, Undervoid (Facebook here) set up. The new group display everything with unanimous support whereas they play only their second concert. A bass guitarist sat because of injury but not stop to send sound, a wild drummer, an engaged singer and a Doherty guitarist looklike with a Gibson. Rock songs, alternating English and French lyrics. Well done job for the group from Strasbourg. My eyes was almost attracted to guitarist play on his Les Paul. I let you discover two songs below with for the second a miw between Dropkick Murphys and L’Apologie from Matmatah. Hope see you soon ! 

Then it was the turn for Last Train, so oftenly mentionned here, here and here, to take over the reins for the rest of the concert. In the intimist mood, Jean-Noël (singer/guitarist) asked us to get closer and let’s go. They let go everything on a too much short setlist. Today (28/04), they played at festival Le Printemps de Bourges and soon, they will play on the same stage than Black Rebel Motorcycle Club at Musiques en stock. A so big progress for all energy and work, well deserved !

Triggerfinger: this is rock’n roll

 

Après l’ouverture de la soirée par Last Train (article ici), c’est Triggerfinger qui a repris les rênes. Une entrée fracassante pour le groupe belge, avec notamment le batteur debout sur sa batterie. Très théâtral, une expression entre AC DC et The Hives. Les trois musiciens placés sur une même ligne, la batterie pour une fois mise en avant sur une estrade bien au centre, et des instruments magnifiques. Un batteur au regard et aux attitudes flippantes, un bassiste à l’allure imposante dans son costume rayé très mafia italienne et un chanteur très classe au brushing parfait. Triggerfinger en live, c’est du rock’n roll pur, une énergie débordante et un enchaînement sans faille. Une ligne de basse puissante, un batteur qui tape fort et de manière précise, chant et guitare maîtrisés. L’ambiance est au summum et ne faiblit pas avec le solo de batterie de 20 min, les deux autres musiciens actionnant les spots de lumière blanche. Une setlist bien rodée, dynamique et une étonnante et très sensible reprise acoustique de I follow rivers de Lykke Li. Une démonstration de force, de rock et de talent pour le groupe. A voir absolument.

After opening by Last Train (post here), it’s Triggerfinger who took over the reins. A sensational entrance for the Belgian group, especially with the drummer standing on his drums. So dramatic, with an expression like AC DC or The Hives. The three musicians all placed on the same line with drums very well highlighted for once ! Beautifull guitars and bass. A drummer with a freaky expression, a bass guitarist with an impressive build really Italian Mafia like and a class looking singer with perfect blow-dry. Triggerfinger on stage, this is only rock’n roll, a lot of energy and a series of songs without failure. A strong bass line, a drummer with a powerfull and precise touch, singing and guitar part well managed. An atmosphere at top without failure during 20 minutes of drum solo, the other musicians moving spotlights. A very good setlist, dynamic and a surpring emotional cover of I follow rivers from Lykke Li. A demonstration of strength, rock and talent for Triggerfinger. Well worth seeing.

IMG_3793b2

IMG_3844b2

IMG_3801b2

IMG_3803b2

IMG_3812b2

IMG_3839b2