Bêtes de scène, le festival #4

Suite et fin des concerts du festival Bêtes de scène à Mulhouse. Après Elephanz (article ici), j’ai retrouvé par hasard les Last Train (article du clip Cold fever ici) et nous avons regardé la fin du concert des Colt silvers. Ce groupe a du style, un bon son et dégage une énergie forte. Ils ont une belle présence sur scène, et malgré quelques problèmes techniques avec la batterie, l’ambiance était survoltée.

Vint ensuite un groupe dont on entend beaucoup le nom en ce moment: Breton. Les cinq anglais ont présenté un show bien monté. J’avoue avoir préféré les groupes d’avant, car j’écoute assez peu de musique électronique, mais j’ai beaucoup aimé leurs visuels et les titres au fur et à mesure du concert. Souvent les meilleurs titres arrivent plus tard, il faut savoir être patient.

A plus tard pour des articles sur Londres !

Publicités

The Libertines, live in Hyde Park

Il faudra attendre un peu avant le dernier article de Bêtes de scène, j’ai trop envie de vous parler de samedi dernier. Il y a une semaine, j’ai pris l’avion pour Londres pour aller voir le concert des Libertines à Hyde Park et y passer le week-end par la même occasion.

Le British Summer Time regroupe des évènements à Hyde Park, dont de nombreux concerts, pendant la période estivale à Londres. Les groupes se succèdent sur une gigantesque scène décorée de faux arbres et de feuillages. Le spectacle démarrait vers 13h avec différents groupes: The Enemy, Maximo Park et Spiritualized. Nous avons débarqué vers 16h pour récupérer nos tickets sous une légère pluie fine et froide et un ciel gris assez menaçant.

Une fois enfin entrés dans Hyde Park, nous faisons le tour du propriétaire, le temps de découvrir les différents stands. La météo s’étant calmée, nous pouvons profiter du moment présent. L’atmosphère qui règne pendant le festival anglais est totalement différente de ce que j’ai pu voir en France. Beaucoup de monde au mètre carré, pas de gobelets consigne, les verres vides sont jetés par terre, c’est le côté non écologique qui est le mauvais point. La bière en « pint » – largement meilleure que ce que l’on trouve en France – coule à flots (abus alcool dangereux pour la santé) et l’ambiance est très festive et chaleureuse. Rapidement c’est le moment des Pogues: grosse ambiance avec cette musique irlandaise, tout le monde danse, on se croirait à la Saint Patrick. Une dizaine de musiciens sur scène, un chanteur presque cadavérique mais qui tient jusqu’au bout avec un public au top.

Puis vint l’heure des Libertines ! la foule se rapproche, nous essayons d’être relativement bien placés, grossière erreur… Le compte à rebours commence avec des images du documentaire de 2010 (dvd There are no innocent bystanders) et c’est parti ! J’avoue ne pas avoir trop suivi la première chanson, étant prise dans la folie du public, entre la difficulté de garder son équilibre et l’odeur des fumigènes, j’ai mis du temps à sortir de la masse. Les premières frayeurs finies, les choses sérieuses ont pu commencer. Enfin, presque… La seconde chanson a été interrompue par l’arrivée d’un agent de la sécurité sur scène expliquant que le public n’était pas gérable. Pete demanda à tout le monde de se calmer et meubla en improvisant à la guitare. Le concert repris et s’arrêta de nouveau, toujours à cause de l’effervescence de la foule. Cette fois, Pete a démarré un « Seven Nation Army » en solo.

S’ensuit 21 titres dont mes préférés, Campaign of hate et Can’t stand me now dont vous pouvez voir un extrait plus bas dans l’article. J’ai découvert un tout autre visage de Pete Doherty. Contrairement au concert des Babyshambles de février dernier, l’article est dispo ici, il était très calme, non alcoolisé, sans artifice et pas « caché » derrière son personnage. Carl Barât, fidèle à ce que l’on peut voir sur internet, se déchaîne à la guitare et sautille énergiquement tout en jouant.

A leur habitude, Pete et Carl se sont fait de multiples câlins. Je trouve fascinant cette relation d’amitié intense d’amour et de haine. C’est toute la complexité et la contradiction qui conditionne ce groupe et ses deux leadeurs charismatiques. John Hassall à la basse est resté très concentré avec un visage assez fermé et Gary Powell s’en est donné à cœur joie à la batterie. Je m’attendais à quelque chose de plus démonstratif venant des garçons terribles du rock anglais, mais ce live était très propre, carré et chacun restait à sa place. Après un dernier arrêt en cours de chanson à cause des personnes de la plateforme VIP – outre le mec nu – qui grimpaient sur la tour des projecteurs, l’émotion des derniers titres et notamment What Katie did a mis tout le monde d’accord, superbe.

Une fin de spectacle pile à l’heure – 22h30 – et malheureusement sans rappel, il est temps de prendre la sortie du parc. Je vous laisse avec quelques photos et mon tee-shirt édition limitée ramenée du concert.

IMGP3864b

IMGP3863b

IMGP3860b

IMGP3862b

IMGP3876b

IMGP3886b

IMGP3884b

IMGP3889b

IMGP3924b

IMGP3935

Bêtes de scène, le festival #3

Aujourd’hui, la suite de la saga du festival Bêtes de scène au Noumatrouff avec le 3ème concert de la soirée: Elephanz. C’est avec Ok Coral, les deux groupes que j’ai préféré de la soirée et je compte bien me procurer leurs albums/EP !

J’avais déjà lu ou entendu le nom d’Elephanz quelque part, et j’imaginais une pop un peu électronique. Déjà, à l’arrivée du chanteur, je me suis rendue compte que quelques heures avant il se baladait dans la partie extérieure du festival. Moi qui arrivée seule cherchait à rencontrer et discuter avec des personnes, cela aurait été assez drôle si je l’avais interpellé. Bref… J’ai réussi à bien me placer, près de la scène, nous n’étions pas spécialement serrés – point positif des festivals de petite taille – et j’ai pu profiter pleinement du concert. Le groupe a pris du plaisir et nous avec ! J’ai bien apprécié voir les deux frères chanter ensemble et leur complicité sur scène.

L’ambiance était très festive et dansante car oui j’ai tout de suite eu envie de bouger sur leurs sons. Les membres du groupe semblent très bien s’entendre, et cela se voit. L’humeur est au beau fixe pour tout le monde et les chansons défilent rapidement. C’est déjà l’heure de sortir de la grande salle pour découvrir un autre groupe sur la petite scène. Mais pour le moment je vous laisse avec quelques photos et deux extraits du concert !

IMAG0463b

IMAG0464b

IMAG0465b

IMAG0467b

IMGP3833b

 

 

Bêtes de scène, le festival #2

Aujourd’hui la suite du festival Bêtes de scène avec le deuxième concert auquel j’ai assisté. A peine sortie de la grande salle avec Isaac Delusion, je me suis retrouvée happée par la foule présente pour Ok Coral. Je me fraye un chemin à travers le public. Je suis séduite de suite, avant même d’observer le groupe évoluer sur scène. Un son résolument rock, une voix ronde et très agréable, les titres s’enchaînent d’une manière très fluide. L’ambiance de la soirée décolle vraiment !

J’espère pouvoir les revoir et me procurer leur EP, je ne l’ai malheureusement pas vu en vente, trop occupée à aller me placer pour le concert suivant. Je vous laisse avec de petits extraits du concert, avec une qualité d’image très médiocre, à cause de la luminosité mais peut être assez pour vous convaincre d’aller les voir !

Je vous retrouve début de semaine prochaine pour la suite du festival car demain je décolle pour passer le week-end à Londres. Et oui, de nouvelles choses que je vous montrerai très bientôt, indice: Hyde Park. Suivez moi sur Instagram et Facebook !

IMGP3825b

1981810_728448610510770_1882270007_n

Bêtes de scène, le festival #1

Samedi dernier, je suis allée faire un tour au festival Bêtes de scène à Mulhouse. Je ne connaissais de nom que deux groupes de la programmation qui était plutôt électro. J’écoute bien plus souvent du rock mais pourquoi pas. J’entendais parler depuis un moment de la salle du Noumatrouff et le prix du billet était plus que correct (19€).

Me voici donc partie seule à l’aventure bravant la tempête et à la découverte de nouveaux groupes ! J’ai donc décidé de diviser la soirée en plusieurs articles, déjà parce qu’avec ma connexion internet je galère à charger les vidéos, mais en plus ça laissera un peu de suspense !

Le premier groupe de cette soirée était Isaac Delusion. Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler de ce groupe. Et après leur performance, je pense pouvoir dire que She prétends me dit quelque chose. Pas convaincue au début, une voix à la Yannis Philippakis mais pas à la hauteur du charisme et de l’aura des Foals. Et puis, au fil du concert, les titres prennent un peu de rythmique et le public est conquis. On passe un bon moment, on danse un peu, timidement pour ce début de festival et les membres du groupe prennent du plaisir à faire découvrir leur premier album et nous à le partager.

Ci -dessous quelques photos et un extrait vidéo d’un des titres qui bougent le plus, Devil’s hand (en petite exclu).

 

IMGP3819b

IMGP3821b

cover

Right Music

Comme je manque à mes devoirs, je ne vous ai toujours pas parlé du dernier disque des Franz Ferdinand, sorti la première semaine de septembre dernier et que je me suis procuré dans la foulée.

C’est donc le quatrième et tant attendu album intitulé Right thoughts, right words, right action qui a déjà rencontré le public pendant deux années de tournée et qui est sorti en cette rentrée de septembre.

Pour ma part, comme vous avez déjà pu lire, je suis déjà conquise par les nouveaux titres. Après les avoir en partie écouté en festival, Beauregard en juillet 2012 et Rock en Seine 2013, je ne peux que les aimer.

Comme j’ai déjà dû le dire dans mon compte-rendu Rock En Seine, Franz Ferdinand est un groupe ultra dynamique, avec des membres soudés – n’oublions pas que le groupe est toujours le même qu’à l’origine – qui aiment la musique et surtout la scène et cela se voit ! Ils arrivent à communiquer leur énergie et à la transmettre aux foules, il est alors impossible de ne pas jumper avec eux.

Je suis une fervente admiratrice de leur travail depuis leur premier album et l’indétrônable Take me out qui restera pour moi leur plus grand titre. Juste en l’écoutant j’ai acheté l’album, j’étais alors encore en Terminale il me semble, et oui il ne date pas d’hier, 2004… Les ayant un peu perdu sur le second album, qui possède quand même quelques tubes comme Fallen, Do you want to et la magnifique Walk away et après un superbe retour avec le sensuel Ulysses procuré en vinyle à Londres ❤, c’est maintenant un retour aux sources pour les quatre écossais.

L’énergie avec ce riff si reconnaissable du début des Franz Ferdinand et de retour, en commençant par le génial et très fort Right action que j’adore en version live mais aussi avec Love illumination et Bullet. Quelques ballades sont également présentes comme The universe expanded ou Brief encounters. Un album harmonieux et qui s’écoute très facilement.

Si une première écoute vous tente avant de vous jeter sur internet ou en magasin, une interview avec quelques images étaient dans le premier  numéro d’Alcaline, nouveau mag musical sur France 2 visible en replay – RIP Taratata – et leur live de Rock en Seine est toujours disponible en intégralité sur ce lien.

Pour une fois n’est pas coutume, j’ai choisi la version cd car il existe une édition limitée avec un disque de titres « live », je mets effectivement les guillemets car ce sont des versions live enregistrées …  Je pense que le vinyle me tentera par la suite, mais n’ayant pas ma platine à disposition, cela se fera plus tard.

IMGP2142 IMGP2147

IMGP2143

IMGP2146

(avec ma super nouvelle toile cirée en fond)

Après tout ce blabla, bonne écoute !

Bises

Rock En Seine: Day III

Troisième et dernier jour de Rock en Seine, c’était il y a trois semaines déjà…  Je sais, je suis absente en ce moment mais de nouveaux posts sortiront très prochainement avec toutes les nouvelles choses musicales ce mois-ci !

En ce dimanche pluvieux, beaucoup de groupes et de marche à Saint Cloud hé oui 2km de long. Les concerts ont débuté vers 14h30, et pour ma part, direction la scène de l’Industrie pour découvrir St Lô, groupe français assez étonnant et super dynamique, un son électro et une chanteuse déjantée.

Au tour des Surfer blood de jouer, concert que j’ai vu quasiment en intégralité sous la pluie. Cela fait du bien aux oreilles de retrouvé du nouveau son aux influences beach rock ! Surtout avec un groupe pas prise de tête, chanteur munis de bottes et k-way.

IMGP2053

Petit tour à la grande scène pour voir The Computers, un Band qui m’a fait pensé à Grease (bal de promo) avec leurs costumes accordés et leur banane sur la tête. Mais dont pas mal de chansons ont une touche métal. A ré-écouter !

Rapide passage à la scène Pression live à cause de la distance à parcourir… pour voir Ms Mr et l’exposition Rock’Art. Ballade à travers les stands pour quelques clichés.

IMGP2059

IMGP2060

IMGP2062

IMGP2063

IMGP2068

IMGP2069

IMGP2070

IMGP2071

Les Eels ont tout déchiré à la grande scène, découverte rock pour moi ! Ils nous ont balancé du super son ! Et ce malgré leur look joggings largement sponsorisés…

IMGP2075

Découverte également pour ce groupe qui propose une super mise en scène avec le piano à queue au milieu de ce son électro et leurs masques. Pendant ce concert, mon attention était surtout portée sur une petite fille (environ 8ans) au blouson cuir noir qui faisait semblant de mixer sur une platine avec un casque anti-bruit, j’sais pas si on peut dire « air platine » ???! Elle était au top !

Et le festival s’est terminé sur une note plus métal avec System of a down qui ont bien assuré. Je crois que vous les connaissez déjà ! Mais c’est toujours difficile de terminé trois jours de festival/camping sur un gros concert, physiquement parlant.

Dernière soirée au camping, et le lundi il a fallu plier bagages et quitter le parc de Saint Cloud avec une certaine nostalgie, des images plein la tête.

IMGP2073